La fondation UEM a souhaité soutenir le « Centre de Sauvegarde de la Faune Lorraine », entreprise essentielle à la sauvegarde de la biodiversité de la faune locale lorraine.

Elle a accompagné le CSFL dans l’implantation sur son site de deux grandes volières de relâcher, dotées des équipements indispensables aux phases de rétablissement des aptitudes au vol avant le retour à la nature. Trois box de convalescence, installés dans un taillis, permettent de réhabiliter passereaux, petits mammifères et rapaces forestiers.

Galerie

CSFL – Le centre

L’association CSFL (Centre de Sauvegarde de la Faune Lorraine) s’est donné pour but en 2013 de créer un équipement faisant cruellement défaut dans la région Lorraine : un centre de soins pour animaux sauvages blessés ou en détresse.

Ce centre est sorti de terre à VALLEROY (54) fin 2015 pour accueillir, soigner et relâcher les espèces sauvages d’oiseaux, mammifères (exception faite des sangliers et chevreuils), amphibiens et reptiles. Son rayon d’intervention s’étend sur les 4 départements lorrains.

Le but ultime étant le relâcher, le public n’a pas accès au centre de soins, pour empêcher l’imprégnation par l’homme des animaux sauvages.

Le reste du centre et son jardin, situé sur un terrain conventionné avec la LPO, sera aussi un lieu de sensibilisation à la protection de la biodiversité. Le public pourra y circuler librement et assister à des animations nature.

Le bâtiment est réalisé avec des matériaux écologiques et est autonome en eau, ce qui répond à une vision globale « environnementale » de ce projet.

 

Les volières

Deux volières de 30 mètres de long, 6 mètres de large et 4 mètres de haut sont capables de réhabiliter tous les rapaces de la région Grand Est.

Chacune est équipée d’une trappe taquet permettant l’émancipation de jeunes oiseaux ainsi que de sas, pour éviter toute tentative de sortie inopinée lors des phases de nourrissage ou de soins.

Des perchoirs sont installés à différentes hauteurs afin de permettre aux rapaces de s’entraîner à récupérer leur musculature après une phase de soins, qui peut durer plusieurs semaines en fonction de la nature des blessures. Il s’agit souvent de collisions avec des véhicules.

Une volière de 9 mètres de long, 4 mètres de large et 3 mètres de haut sera dédiée aux rapaces comme les éperviers, autours des palombes et chouettes hulottes afin de respecter leur milieu de vie et de favoriser le relâcher avec un moindre stress.

Les box de convalescence sont utilisés en moyen séjour afin de constater que les animaux sont aptes à se nourrir seuls et à retrouver leur force avant d’être placés en volière de réhabilitation. Ils seront utilisés pour des espèces comme les merles, grives et autres petits passereaux, mais aussi pour les écureuils, lérots et muscardins.

 

Les pensionnaires

Les volières ont (malheureusement) déjà accueilli cet hiver 2016/2017 des oiseaux blessés dans des collisions ou victimes des rigueurs du climat.

Grue cendrée, cigogne blanche, hérons cendrés, jeunes chouettes hulottes, hibou moyen duc ainsi que d’autres rapaces ont bénéficié des soins attentifs du centre et ont été, pour certains, relâchés au début du printemps.